Jurassic Park/World Universe RPG Index du Forum
Jurassic Park/World Universe RPG
Un nouveau RPG inspiré de la Triologie Jurassic Park et de son dérivé beaucoup plus sombre, Jurassic Park : The Game !
 
Jurassic Park/World Universe RPG Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Un réveil difficile ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jurassic Park/World Universe RPG Index du Forum -> Costa Rica -> San Diego - Port - Costa Rica
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Mar 20 Aoû - 01:24 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

C'était absolument comme un lendemain de soirée. Un mal de crâne pas possible, une sensation de vertige abominable, un malaise incommensurable, un drôle de mauvais goût dans la bouche, des douleurs inexpliqués et dont la source nous sera inconnu probablement pour toujours. Pourtant, tout était bien différent.
Je ressentais un profond dégoût et, sans comprendre pourquoi, je n'eus même pas l'impression de me réveiller. J'émergeais de je ne sais où par je ne sais quelle magie mais ce n'était pas ça la première chose qui me frappait ou même qui me perturbait. J'étais plongé dans le noir, je ne ressentais à rien et je me sentais malgré tout affreusement lourd, si lourd et fatigué que je n'osais pas bouger un cil. Je tentais tout de même en vain de bouger mais rien de ne se produisait et tout refusait catégoriquement d'obéir. Dépité et insouciant du moment présent, j'essayais de prêter attention au bruit alentour. J'avais les acouphènes et donc tout me semblait ressembler à un brouhaha, tout était confus, rien ne semblait me perturber, rien ne semblait avoir une importance. Rapidement, je resombrais à nouveau, j'avais l'impression de flotter dans un rêve interminable. Tout ceci n'existait pas. Où est-ce que j'étais ? Qu'est-ce qui m'arrivais ?

Je revenais à moi un peu plus tard avec un air de déjà vue mais, cette fois, mon ressenti était différent, je sentais et entendais plus de choses. Je parvenais à entendre des pas discret et récurrent qui semblait par ailleurs résonner dans ma tête, j'entendais également un son aiguë et strident très régulier, un genre de bip dont je n'arrivais pas du tout à identifier la source. Je sentais aussi un genre de tissus doux sur ma peau et une odeur que je ne connaissais pas. Qu'est-ce qui m'arrivais ? M'avais-t-on drogué ? Où est-ce que j'étais ? Pourquoi est-ce que je n'arrivas pas à bouger ?
Je n'avais absolument aucune volonté et j'avais l'impression de tout laisser filer, de ne rien contrôler. J'étais exténué et totalement incapable de prononcer quelque chose. Tout ce que je voulais vraiment c'était dormir.

Sans aucune explication, il m'arrivait parfois de me voir sans vraiment me voir. Complexe. Je savais que j'étais allongé quelques parts, j'entendais parfois des sons qui ressemblaient vaguement à des murmures sans aucun mot, sans aucune logique, j'entendais toujours ce bip étrange et je savais qu'il venait d'un genre de boîte. Je voyais parfois aussi des gens entrer et sortir de cette salle sans comprendre ce qu'il me faisait. Tout était trouble mais je n'étais pas fou, je savais qu'il se passait un truc louche. Qu'est-ce qui m'arrivait ? Qu'est-ce qu'on me faisait ? Où est-ce que j'étais ? Qu'est-ce qu'on m'avait fait ?

Je me rendais compte que j'avais finalement encore sombré et cela seulement parce qu'une vive douleur m'extirpait de mon sommeil provoquant par la même un léger sursaut. J'avais mal de partout, quelque chose me serrait étrangement fort sur l'intégralité de mon corps. J'avais envie de hurler mais seul un son couplé entre le gémissement et le gazouillis sorti de ma bouche. Un genre de râle dégueulasse qui me dégoûta sur le moment. Par un effort inouïe et surtout à force de me tortiller sous l'effet de la douleur, je sentis un objet se détacher de mon doigt et j'entendis un genre de clap accompagné d'une petite alarme ou tout du moins cela y ressemblait. Il y eut par la suite de nombreuses précipitations, du mouvement, de l'air brassé. Je ne savais absolument pas ce qu'il se passait mais je pouvais sentir qu'on s’affairait autour de moi. On m'examinait sans que je comprenne pourquoi et surtout quoi. On me parlait sans que je puisse comprendre ce qu'on me disait, je tentais à mon tour de leur répondre mais aucun son digne de ce nom sortait de ma bouche. Je ne voyais rien, je ne savais pas du tout ce qu'il se passait, je ne savais pas ce qu'il s'était passé et tout allait beaucoup trop vite. On souleva légèrement ma tête et je pouvais sentir qu'on y faisait quelque chose, la question était principalement quoi … Comme par magie, je commençais à entendre des sons, des bruits et surtout un sifflement qui se répercutait un peu partout dans mon crâne et me donnait quelques douleurs atroces à la tête.

- Mon … ieur ? … ent … ez … ? Mons … eu … ? Monsieu … ? … entendez ? … Est-ce … entendez ?

Tout résonnait, tout vibrait, tout me paraissait étrange et irréel. Un homme me parlait, sa voix me semblait être à des kilomètres d'ici étouffés par la distance et pourtant je parvenais à sentir son haleine et son souffle, il était tout proche de moi.

- O … o … gggg … o …

Première tentative pour communiquer : échec total. Voilà maintenant que je m'entendais en plus et je me trouvais incroyablement ridicule, je faisais pitié. Pas seulement capable de sortir un mot … Qu'est-ce qu'il m'arrivait ? Pourquoi faisait-il si noir ? Tiens d'ailleurs, sans m'en rendre compte, les nombreuses douleurs avaient disparus …

- Très bien Cole ! Je suis le docteur Richards, vous êtes à l'hôpital de San Diego. Je voudrais bien vous en dire plus mais une amie à vous a tenu à vous expliquez tout en détail. On l'a prévenu de votre réveil, elle devrait pas tarder normalement. D'ici là, ne vous inquiétez pas, reposez vous, vous avez besoin de reprendre des forces et on s'occupe de vous.
- Ma... sss … pas …

Bon, les phrases c'était pire. C'était pas pour maintenant. Qu'est-ce qu'il s'était passé ? Pourquoi est ce que j'étais à l'hôpital ? De quelle amie me parlait-il ? Mon réveil ? Tout se chamboulait dans ma tête, tout semblait n'avoir absolument aucun sens, n'avoir aucune logique quelconque. C'est avec certitude que cette fois je pouvais dire mettre endormi mais ce n'était pas pour autant que je comprenais ce qu'il se passait. Il y avait encore beaucoup d'ombre dans tout ça et cela me perturbait profondément. Je contrôlais absolument rien. C'est la porte qui me réveilla cette fois ci, un grincement discret, des pas réguliers qui frappaient le sol s'approchaient de moi. Je me rendais compte que le bip que j'entendais devait être une machine, mon cœur, les pas que j'entendais était ceux des infirmières et je sentais maintenant les bandages sur la quasi intégralité de mon corps. Que mettait-il arriver ? Pourquoi est-ce que j'étais ici ? Pourquoi est-ce qu'on me disait rien ?
Je me souvenais avoir reçu une invitation sur un des bateaux de John Hammond. Il avait tout organisé pour ses employés, des hommes d'affaires et d'éventuels clients et partenaires. La soirée avait-elle déjà eu lieu ? Est-ce que je l'avais manqué ? Et … Qui était entré ?

- Qui … Qui .. es … est … là ? ...
_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 20 Aoû - 01:24 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Shaélynn Moore
Paléontologie

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 1 055
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Vie:
Argent: 10 605
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
Relations: Situation Compliquée

MessagePosté le: Jeu 22 Aoû - 20:06 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

Chaque être humain a besoin d’un environnement rassurant dans lequel vivre mais également d’une communauté à laquelle se rattaché. Shaélynn n’avait plus ni l’un ni l’autre. Après avoir perdu le dernier membre de sa famille, Jonathan Moore, son père, elle avait trouvé en Biosyn de quoi se reconstruire. Elle avait été entourée, protégé, elle avait retrouvé des gens pour se soucier d’elle et l’entourer. Au-delà de la dette qu’elle leur devait, elle les considérait comme une famille et si une fois sa dette payée elle ne travaillerait plus pour eux, la jeune femme n’avait pas pour autant l’intention de couper les ponts avec l’entreprise. Ils étaient sa seule et unique famille et elle n’était attachée à personne d’autre du monde extérieur.

Jusqu’à ce que Cole Hudson ne débarque dans sa vie. Il y avait fait irruption comme par erreur, provisoirement dans le cadre d’une réunion et avait fini par s’y installer. Et Shaé l’avait non seulement laissé mais également encouragé sous l’influence de Biosyn qui savait pertinemment que le jeune homme était en bonne voie pour obtenir un poste important au sein du parc. Leurs attentes avaient été satisfaites puisque le jeune homme était désormais à la tête du parc. Shaélynn se sentait quelque peu piégé. Même si Cole n’était pas du genre à se venger, Biosyn ne lui permettrait jamais , du moins tant que durerait sa mission, de faire quoi que ce soit qui puisse pousser le jeune homme à lui en vouloir.

En gros, elle n’aurait jamais la possibilité de le quitter. Shaélynn n’envisageait d’ailleurs pas cette possibilité pour le moment. Néanmoins, elle devait avouer que Noah lui manquait terriblement. Au fil des mois, l’absence du jeune homme s’était fait sentir de plus en plus. Et la présence de Cole ne pouvait pas combler ce manque. Elle aurait sans doute pu être heureuse avec le guide sans tous ses mensonges et non-dits qu’elle lui imposait. Pourtant, il était la seule personne « proche » qu’elle avait. Elle s’en voulait de le tromper à ce point là, de le voir avoir une confiance absolu en elle et ne pas pouvoir lui rendre. Cela lui rendait parfois la situation insupportable alors qu’il faisait tout pour lui faire plaisir.

Et pire que tout encore : elle détestait avoir à se servir de lui, à tirer des avantages de l’affection qu’il avait pour elle. Pourtant c’était précisément ce qu’elle avait cherché au départ. Shaélynn avait vu en Cole une proie facile et avait foncé. Elle adorait ce genre de jeu. Prétendre, séduire, obtenir ce qu’elle voulait… Mais il était attachant. Et désormais elle s’en voulait.
Cole était attachant. Et il était passé à deux doigts de la mort pendant qu’elle courrait alerter Biosyn. Elle l’avait laissé avec une bombe humaine quasiment sans scrupules et ne s’était souvenu de son existence qu’après.

Désormais, il était là, allongé sur un lit d’hôpital, relié à des machines qui assurait sa respiration. Il s’était réveillé du coma ce matin seulement. Il avait repris connaissance un bref instant avant de se rendormir. Mais cette fois-ci il dormait vraiment. Et il était hors de danger. On l’avait appelé tôt dans la matinée pour la prévenir et elle avait passé le reste de la matinée, ainsi qu’une grande partie de l’après-midi à son chevet. Les médecins lui avaient dit que cela pourrait prendre un moment avant qu’il ne se réveille de nouveau. Alors du coup elle attendait. Elle avait emmené son ordinateur et travaillait sur le petit bureau de la chambre. Elle se sentait coupable.

Coupable de l’avoir abandonné. Coupable d’avoir tué John Hammond. Sa gorge se serra de nouveau à ce souvenir. Si le vieillard disait vrai, elle avait commis une erreur en le tuant. La pire de sa vie visiblement. Au-delà du meurtre elle avait apparemment facilité la tâche à des terroristes qui comptait menacer le monde en utilisant une arme biologique que ses parents et Hammond avaient mis au point. Elle portait donc la culpabilité de ses parents qui avaient participé à cela, celle du meurtre, et celle de ce que le meurtre impliquait. En gros, tout reposait sur ses épaules. Et elle était sacrement dans la merde.

Enfin… Non. Tout n’était pas sur ses épaules. Vu ce qu’elle avait aperçus sur les caméras du parc, il restait une autre personne impliqué largement plus en mesure qu’elle de gérer cette crise. Sa défunte mère Mary qui ne lui avait pas semblé si morte qu’on l’avait prétendu.

Shaélynn ne s’en remettait pas. Certes le corps n’avait jamais été retrouvé mais, si elle avait été en vie Mary aurait repris contact avec sa famille. Ce qu’elle n’avait pas fait. Même si elle n’avait pas péris avec le reste de son équipe archéologique en Egypte, Mary les avaient abandonnés. Et ce n’était ni de la déception ni de la tristesse que ressentait Shaé en y songeant mais de la colère voir de la haine.

Pour le moment, elle ne pouvait penser à rien d’autre. Attendre dans cet hôpital ne faisait que la focaliser davantage sur tout cela et la perdait un peu plus. Certes, lorsqu’il se réveillerait, il faudrait que Shaé rassure Cole… Et surtout qu’elle trouve une histoire à lui servir. Non, ils ne s’étaient pas vus depuis qu’ils s’étaient quittés sur le quai de Isla Nova. Les deux seules personnes qui auraient pu démentir étaient mortes et elle seule connaissait la vérité sur ce qui s’était passé la nuit où John était mort.
Elle avait d’ailleurs demandé aux médecins de ne rien dire à Cole. Elle ne savait pas de quoi il allait se souvenir et elle ne tenait pas à ce que quelqu’un d’autre lui annonce pour les événements qui avaient agités le parc. Elle tenait à lui annoncer elle-même si besoin.

En jetant un coup d’œil à sa montre et se rendit compte qu’elle était là depuis plusieurs heures. A défaut de pouvoir avaler quelque chose, elle se décida tout de même à aller chercher un café pour rester un minimum éveillé.

Elle ouvrit tranquillement la porte qui grinça légèrement. Elle avait à peine traversé la moitié de la pièce qu’elle entendit sa voix.

- Qui … Qui ... Es … Est … Là ? ...

La voix était fatiguée, encore endormi. Il avait de la difficulté et en prenant en considération le nombre incroyable de bandages qui entourait son corps ce n’était pas étonnant. Il avait des brûlures sur une grande partie de son corps et il dégageait une odeur chair brûlé en cicatrisation. C’était assez dérangeant comme odeur et les minutes qu’elle avait passé hors de la chambre rendait l’odeur bien plus forte maintenant qu’elle y était de nouveau confronté.

Même si l’état dans lequel se trouvait Cole la dégoutait, elle s’approcha tout de même de lui, rendant la vision de son corps blessé bien plus terrible et s’assit sur la chaise à coté de lui pour lui parler.


-C’est moi. C’est Shaé. Comment est-ce que tu te sens ?

Shaé ne souhaitait pas lui dire quoi que ce soit d’autre. Elle voulait le laisser aller à son rythme. L e connaissait il poserait de toutes façons les questions lui-même tôt ou tard.

_________________
27 roses!


Revenir en haut
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Lun 26 Aoû - 04:38 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant



Sa voix résonnait dans la chambre, résonnait dans ma tête. J'étais épuisé, j'avais du mal à parler et je me sentais extrêmement pathétique en un sens et le pire c'est que je n'avais aucune idée de si j'avais ou non raison de l'être, visuellement principalement. J'avais juste envie de savoir et de comprendre mais d'un autre côté j'étais content que ce soit Shaé, j'étais surpris mais content. Je n'avais même pas songé à elle et la voilà qui surgit de nulle part. J'aurais donné cher rien que pour la voir, entrevoir quelques minutes son visage. Il n'y avait rien de plus apaisant que de la voir, elle qui me paraissait toujours rayonnante. Elle était un peu comme un ange tombé du ciel. Le moment où je l'attendais le moins mais aussi le moment où j'avais le plus besoin d'elle, elle était là. J'étais heureux de la savoir à mon chevet, de la savoir à côté de moi. En y repensant, je me souvenais clairement de rien. Il y avait un rêve qui me restait pourtant à l'esprit.

Comment est-ce que je me sentais ?

Il me fallut bien quelques minutes pour réaliser la question et pour évaluer moi même comment j'allais. La question pouvait suggérer tellement de choses à propos de mon état. Qu'est-ce qu'il s'était passé et, bordel, qu'est-ce que je foutais dans un hôpital ? Il pouvait bien me manquer une partie ou deux de mon corps, ce truc sur mes yeux et la morphine me plongeait totalement dans l'inconnu. Tiens, d'ailleurs, c'était peut être mes yeux qui avaient disparu … Comment savoir ?
Je répondais finalement après un soupir légèrement étranglé.

- … Je … Je ne … sais pas trop … Humhum … Comment est-ce … que … j'ai l'air d'allé ? … Qu'est-ce que ... je fais là ? Et surtout … Pourquoi est-ce que je suis là ?

J'avais la gorge sèche, j'avais extrêmement soif mais malgré tout les mots parvenaient de mieux en mieux à sortir. Félicitation Cole, tu arrives à parler … Applaudissement, projo', rideau … Il n'y avait pas de quoi à être fier … Être incapable de parler normalement, cette sensation me mettait mal à l'aise. Sans pouvoir voir ce qu'il se passait, je parvenais à sentir une étrange tension dans l'air. Je sentais sa respiration lente, sa poitrine se lever et se baisser doucement, sa légère anxiété mêlée à de l'impatience. Je ne savais pas vraiment comment tout ça se passait mais je le sentais. Je me rendais compte par la même que quasiment aucune odeur me parvenait au nez … Je m'en inquiétais pas plus que ça pour l'instant. J'aurais bien voulu sentir son parfum, son odeur … Une autre fois. Je voulais beaucoup de choses, je n'avais pas grand chose.
Je tentais finalement de détendre l'atmosphère avant qu'elle ne me réponde. Les images de mon rêve me traversaient l'esprit et me faisait sourire, j'eus plutôt quelques choses qui ressemblait vaguement à une vieille grimace. Je me lançais …



- J'ai … J'ai fais un rêve cette nuit tu sais … On y était tout les deux … On marchait dans New York , main dans la main … Il faisait nuit, on rayonnait … Tu souriais, on discutait, on riait … On passait sous les lumières, ils y en avaient partout … On avait l'air heureux … Puis, au milieu d'une rue piétonne … on s'embrassait … comme dans un film … C'était vraiment … bien … J'aimerai faire ça un jour avec toi … Peut être plus encore … C'est vrai qu'avec le boulot on a pas vraiment le temps de se faire plaisir, de sortir tranquillement …

Une chanson résonnait dans ma tête, je faisais mon maximum pour rester éveiller malgré la fatigue. Ma tête tournait légèrement, je me sentais à la fois lourd et léger comme une plume. Sensation très bizarre et très frustante. J'avais une quantité effroyable de question, surtout que le docteur m'avait précisé qu'elle avait des choses à me raconter. Pourquoi d'ailleurs ?

- Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça … Je ne peux même pas voir ta réaction … Le docteur m'a dit que tu avais des choses à me dire et comme tu te doutes j'ai pas mal de questions en poche … Pour commencer … Qu'est-ce que je fais là ? Pourquoi est-ce que je suis là ? Est-ce qu'il me manque un bras ou je sais pas … C'est grave ? Je sens rien avec cette putain de morphine alors dis moi … S'il te plaît … Pourquoi est-ce que je me souviens de rien ? Hier j'étais tranquille dans mon bureau et là … Aaaaah … J'ai envie de hurler … Je ne comprend pas … Qu'est-ce qu'il se passe ? Je n'y compris plus rien … J'arrive même pas à bouger bordel …

Je sentais mes yeux pleurés sous cette tension, cette peur de l'inconnu et pourtant je ne sentais aucune larme couler sur ma joue … Qu'est-ce qui était en train de m'arriver ? Qu'est-ce qu'on m'avait fait ? Les questions tournaient en boucle dans ma tête et ça me rendait fou, je voulais me lever, je voulais marcher, courir, m'enfuir … Je voulais foncer tête baissée dans la vérité, je voulais qu'on me dise tout. J'étais beaucoup trop impatient, je voulais tout maintenant et toute suite. Je ne me vis pas partir … Sous la pression, l'émotion et ma manière un peu trop hâtive de dire à mon corps de se rétablir, j'eus une crise … Je convulsais … Perte de connaissance assez courte, mouvement saccadé, tremblements … Tu restes assez longtemps éveillé pour voir que c'est pas cool ce qu'il se passe mais pas assez pour pouvoir te contrôler. Frustrant, énervant et flippant. Ça doit être sûrement très impressionnant à voir mais je peux le garantir, c'est impressionnant à vivre aussi … Je n'ai pas vraiment compris ou « vécu » ce qu'il s'était passé mais j'ai supposé que Shaé avait appelé les infirmières et qu'elles s'étaient occupé de moi. Au bout d'un moment, je me réveillais à nouveau … Combien de temps j'avais dormi ? Quelques heures ? Plusieurs jours ? Et avant les convulsions, combien de temps s'était-il écoulé ? Les questions, toujours les questions … Je n'avais que ça en tête et ça me rendait malade ! Le seul moyen de savoir était bel et bien de demander à Shaélynn puisque je ne pouvais même pas voir ses vêtements pour deviner tout seul, de par moi même … Je me sentais vraiment mal pour elle, pour ce qu'elle devait endurer, ce que je lui faisais vivre … Ça me gênait sincèrement … Peut être avait-elle un lit à côté de moi ? Peut-être qu'elle avait été toujours présente avec moi …

- Combien de temps j'ai dormi ? …
_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Shaélynn Moore
Paléontologie

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 1 055
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Vie:
Argent: 10 605
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
Relations: Situation Compliquée

MessagePosté le: Dim 8 Sep - 21:39 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

Cole restait silencieux. Est-ce qu’il s’était de nouveau endormi ? Ou évanoui ? Ou alors il se taisait délibérément ? Et s’il se souvenait de tout. Mais genre de tout ? Et spécialement de Shaélynn s’enfuyant face à Josh déguisé en bombe humaine pour célébrer le nouvel an ? Si oui elle était véritablement dans la galère. Même si elle se doutait que Cole ne dirais rien à personne d’autre à part elle. De plus curieux comme il était, il poserait des questions tôt ou tard. Cependant une amnésie l’arrangerait bien du moment qu’elle ne soit pas handicapante pour lui. Il y avait tellement de choses qu’elle ne pouvait pas lui dire. Trop de choses que Shaélynn ne pouvait lui dire.

C’était pour son propre bien. Ce qui s’était passé avec Josh montrait à quel point la situation était dangereuse pour Cole. Son innocence et sa naïveté n’était assurément pas deux caractéristiques qui lui facilitaient la vie. Et sa nomination au poste de gérant du parc n’allait rien arranger… Ce poste n’était pas fait pour lui. Pas parce qu’il n’avait pas les capacités nécessaires, non. Il était largement capable d’assumer les responsabilités et la gestion du parc seulement… Il ne pouvait pas gérer ce qui allait avec : la rivalité, la compétition entre les entreprises, toute la partie politique et dangereuses lui échappaient totalement. Il était trop gentil et trop pleins de bons sentiments. Il ne mesurait pas les dangers qui rodaient autour de lui. Et sur ce coup là Shaé ne pouvait pas être sûre de ce qu’elle aurait fait à sa place. Il avait simplement essayé de sauver son meilleur ami. (Ce qui était compréhensible mais Josh ne l’avait pas fait par conviction. La jeune femme était persuadé qu’on l’avait obligé à se faire exploser.)
Et ça lui était retombé dessus. Littéralement. Josh, les débris, les flammes…

Il s’en sortirait. Quand aux éventuelles séquelles il était encore trop tôt pour se prononcer définitivement. Dans le doute les médecins avaient protégés ses yeux et Cole ne pouvait pas les ouvrir. Il était immobilisé et chacune de ses blessures étaient couvertes par des bandelettes le temps de la cicatrisation. A part ça, il n’y avait que l’attente. Et l’interrogation.

- … Je … Je ne … sais pas trop … Humhum … Comment est-ce … que … j'ai l'air d'allé ? … Qu'est-ce que ... je fais là ? Et surtout … Pourquoi est-ce que je suis là ?

La morphine… Les médecins lui en avaient administré en quantité importante et il était tellement shooté que sa perception de son corps lui était très difficile. Les brûlures et le choc n’arrangeaient rien. Shaélynn hésitait entre plusieurs émotions.

Le soulagement d’abord. Il était amnésique. Provisoirement peut être mais cela constituait toujours un répit apprécié. Cole avait confiance en elle. Il ne remettrait pas en question ce qu’elle allait lui dire. Et même si des souvenirs venaient à resurgir, il fallait espérer qu’ils ne soient pas suffisamment précis pour qu’il puisse penser à un mensonge de la part de Shaélynn. Tout en le rendant extrêmement vulnérable, son amnésie le protégeait également de la vérité. Et de ce qu’il avait vu ce soir là. Son meilleur ami était mort sous ses yeux. Il avait explosé devant son meilleur ami, victime d’une organisation terroriste.

Et puis, Shaélynn l’avouait, le soulagement de le voir vivant. Blessé certes mais vivant. Elle l’avait plus ou moins exposé à la situation en lui mentant et en ne lui ouvrant pas les yeux sur le parc. Sans compter qu’elle l’avait abandonné ce soir là… Pour aller aider Biosyn et finir par assassiner John Hammond. A cela s’ajoutait le fait de le voir souffrir. Elle aurait dû rester avec lui. Lui faire comprendre qu’essayer John était impossible et qu’il fallait fuir. Peut être ne l’aurait-il pas écouté mais au moins la jeune femme n’aurait pas eu de remords.

Shaélynn s’apprêtait à lui donner une version modifié des événements qui avaient eu lieu au parc mais elle n’en eut pas l’occasion puisque Cole s’était mis à lui raconter un de ces rêves. Comme il le disait lui-même on aurait dit une scène de film. Et encore une fois elle se rendait compte que leurs attentes respectives étaient terriblement différentes. Il voulait construire des choses tandis qu’elle vivait au rythme des ordres de Biosyn. Elle n’avait pas et avait l’impression qu’elle n’aurait jamais le contrôle de sa propre vie. La jeune femme ne se posait même pas la question de ce qu’elle désirait vraiment : de toute façon elle n’avait la possibilité de le mettre en œuvre.

Les seuls projets qu’elle avait concernait Noah et impliquait d’avoir remboursé sa dette envers Biosyn. Autant dire qu’ils n’étaient pas pour tout de suite. Seulement… Plus le temps passait plus les nouvelles de Noah se faisaient rare. Il était froid et distant. En même temps il était loin d’être con et il avait bien sentis que Shaé s’était rapproché de Cole. Ou du moins qu’elle tenait réellement à lui. Etait-il utile de dire qu’elle-même était perdue ?

- Je ne sais pas pourquoi je te raconte ça … Je ne peux même pas voir ta réaction … Le docteur m'a dit que tu avais des choses à me dire et comme tu te doutes j'ai pas mal de questions en poche … Pour commencer … Qu'est-ce que je fais là ? Pourquoi est-ce que je suis là ? Est-ce qu'il me manque un bras ou je sais pas … C'est grave ? Je sens rien avec cette putain de morphine alors dis moi … S'il te plaît … Pourquoi est-ce que je me souviens de rien ? Hier j'étais tranquille dans mon bureau et là … Aaaaah … J'ai envie de hurler … Je ne comprend pas … Qu'est-ce qu'il se passe ? Je n'y compris plus rien … J'arrive même pas à bouger bordel …

Elle non plus, elle ne voyait pas pourquoi il lui racontait ça… Avec ce que Cole venait de lui raconter, elle n’était pas même pas capable de se concentrer sur ce qu’il disait. Pourquoi avait-il fallu qu’il remette ce sujet sur le tapis ? N’était-elle déjà pas suffisamment rongée par le meurtre de Hammond et le fait qu’elle ai abandonné Cole pour qu’il lui rappelle en plus qu’elle lui faisait délibérément croire qu’elle avait des sentiments pour lui ?

Etre près de lui, l’aider, répondre à ses questions, et avoir le courage de lui annoncer tout ce qui lui était arrivé ne suffirait jamais à compenser ce qu’il ressentirait lorsqu’il saurait qu’elle travaillait pour Biosyn ou que c’était elle qui avait tué John Hammond. Ou encore qu’elle en aimait un autre.

Pour le moment, Cole allait devoir faire face à d’autres révélations. Tout aussi terribles. Elle n’eut même pas le temps d’ouvrir la bouche. Le jeune homme venait de convulser. De nouveau. C’était déjà arrivé plusieurs fois depuis son arrivée à l’hôpital et ce n’était pas très bon signe. Il allait lui falloir encore un long moment de repos pour pouvoir sortir d’ici. Shaélynn pressa donc le bouton d’urgence et un médecin débarqua dans les secondes qui suivirent escorté par un interne. Une infirmière lui demanda à nouveau de sortir de la chambre pendant que l’équipe médicale s’occupait du jeune homme.

Entre le moment où les médecins l’avaient pris en charge et le moment où ils avaient autorisé la jeune femme à pénétrer dans la chambre de nouveau pour attendre que Cole se réveille, il s’était écoulé trois heures. Elle avait ensuite attendu une heure de plus et il était plus de 20 heures quand il se réveilla enfin. Et au vu des révélations qu’elle allait lui faire, l’un des médecins lui avait expliqué sur quel bouton appuyer pour lui réinjecter une dose de morphine au cas où il s’agiterait un peu trop.
Tout comme elle sentait s’il dormait ou pas, Cole sut qu’il y avait quelqu’un près de lui. Quelqu’un à qui poser des questions.


- Combien de temps j'ai dormi ? …
-Un peu plus de quatre heures.

Shaélynn vient s’asseoir sur la chaise à coté du lit pour pouvoir être plus près du bouton qui contrôlait la morphine mais aussi pour que le jeune homme fasse moins d’effort pour parler fort. Elle allait désormais pouvoir commencer à le renseigner sur ce qui s’était passé…

-Pour répondre à ta question de tout à l’heure, on peut dire que tu as eu une certaine chance. Pas de bras ni de jambes manquants. Quelques brûlures mais l’esthétique n’est pas tellement ton soucis principal pour le moment. Le tout c’est que tu sois vivant. Tu… Il y a eu quelques soucis au parc et une bombe a explosé dans le bâtiment de régulation électrique. Le choc t’a propulsé ce qui t’a évité d’être plus gravement blessé. Tu t’en es sortis in extremis. Mais la personne qui était dedans n’a pas eu ta chance. Tu te souviens vraiment de rien ?
Shaé avait cette voix qu’elle utilisait quasiment toujours quand elle s’adressait à Cole… Ou à Noah. Ou aussi pour les personnes qu’elle souhaitait berner. Cette voix calme et douce qui l’avait déjà sortis de drôles de situation.

_________________
27 roses!


Revenir en haut
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Mer 11 Sep - 18:00 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

J'avais dormi plus de quatre heures … Comment est-ce que c'était possible ?

- Pour répondre à ta question de tout à l’heure, on peut dire que tu as eu une certaine chance. Pas de bras ni de jambes manquants. Quelques brûlures mais l’esthétique n’est pas tellement ton soucis principal pour le moment. Le tout c’est que tu sois vivant. Tu… Il y a eu quelques soucis au parc et une bombe a explosé dans le bâtiment de régulation électrique. Le choc t’a propulsé ce qui t’a évité d’être plus gravement blessé. Tu t’en es sortis in extremis. Mais la personne qui était dedans n’a pas eu ta chance. Tu te souviens vraiment de rien ? 

Shaélynn avait pris cette voix, cette fameuse voix qu'elle utilisait à bon escient pour me faire craquer, me faire fondre et même pour me manipuler et que ce soit pour une chose ou pour une autre ça marchait parfaitement bien. Cette voix mielleuse et douce qui m'attendrissait et la rajeunissait de quelques années. C'est avec un ton surpris faible et, d'une certaine manière, tout aussi douce qu'elle que je lui répondis.

- Quoi ? …

C'était un bon début … Il me fallait le temps de comprendre tout ce que cela impliquait et surtout de parler ce qui, actuellement, me demandait énormément d'énergie. Après tout, il n'y avait aucune honte à être fatigué ... C'est finalement après un petit silence bien glauque que je poursuivis.

- Comment ça ? … C'est pas possible … Je sais très bien ce que je faisais hier … Une explosion dans ce local ? Pourquoi aurait-elle eu lieu ? Non mais c'est pas possible … La soirée sur les bateaux ont eu lieu ? C'est plus une affirmation qu'une question … Merde … J'ai raté ça, ça craint … La dernière chose que je me souviens en tout cas c'est d'être dans mon bureau et de me préparer pour la soirée. J'ai du m'endormir ou m'évanouir. Un malaise peut être … Il me semble que j'ai révé de Josh aussi tiens. C'est bizarre mais c'est vrai que cela fait un petit moment que j'ai pas eu de nouvelles de lui … Faudra que je demande à John Hammond quand je sortirais d'ici. Bon, on dirait que je vais mieux non ? Je parle, je parle … Toi tu es là à m'écouter, enfin je crois … Qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? Racontes moi.

Je tentais d'esquisser un sourire et de, par la même, me relever mais une douleur me poignarda littéralement le dos et un peu partout d'ailleurs ce qui me cloua instantanément sur le matelas. Je fis mine de rien mais j'étais persuadé que Shaé avait vue ma grimace horrible et les traits de mon visage qui avait dû changé subitement. Je tentais de cacher ma souffrance du mieux que je le pouvais mais c'était plutôt difficile. Au point même où je commençais à me tortiller sur le lit. Pour que je sois à San Diego, il est fallu que mon état sois grave ... Je tentais d'analyser la situation mais cela me devenait plus compliqué à me concentrer et j'étais encore perturbé par le fait de ne pas voir ce qui m'entourait.

- … Tu … Tu … Tu crois que tu pourrais … m'enlever ce truc sur mes yeux ?

Je souffrais le martyre et je me tordais un peu dans tout les sens encore davantage. Cela devenait insoutenable et j'avais envie de hurler. J'avais tellement mal que j'en mordis ma langue sans même m'en rendre compte. J'entendis un déclic, un sifflement et tout disparut, je ne sentais plus rien. J'étais même détendu. Je savais que Shaélynn m'avait donné une dose en plus de morphine … Elle était là pour moi et me supportait dans ces moments de troubles …

- Merci …

J'avais sincèrement dû m'évanouir, j'avais dû me cogner en tombant. Comment pouvais-je savoir ? Quoi qu'il en soit, cela m'étonnerait pas du tout. Ces derniers temps je ne dormais vraiment pas bien et même pas du tout pour certains soirs. Il était évident que mon corps faiblisse au bout d'un moment. J'avais le corps marqué par la fatigue, ce cauchemar me pourrissait la vie. Tout était partie de là quand on y pense. Le sang … Le sang était devenu à la fois une fascination, une chose magique avec ses couleurs parfaites, c'était plaisant à regarder mais lorsque je réalisais la source et les conséquences, je trouvais ça atroce. Cette idée l'était. Et pourtant, c'était ce que je ressentais à l'instant présent. Pourquoi est-ce que je pensais au sang ? C'était sûrement dû au fait que le liquide rouge venait caresser ma langue tendrement. Je fis une autre grimace mais de dégoût cette fois. Ce n'était pas bon, j'avais presque envie de vomir.

- Est-ce que je pourrais avoir un verre d'eau ? …

Ne pas pouvoir bouger et être immobiliser comme ça m'énervait profondément. Je me sentais impuissant. J'avais envie de me lever, de marcher, de serrer dans mes bras Shaélynn, vivre en quelques mots … Et puis j'avais faim … Je pense que cela fait cliché mais j'avais envie d'un bon hamburger bien gros et bien vulgaire ou pourquoi pas une pizza. Que ce soit l'un ou l'autre, je les aurais englouti instantanément. Shaé me donna mon verre d'eau et ce dernier me brûla plus la gorge qu'il me rafraîchit. Je n'avais pas cessé de gigoter, demander des services pendant un petit moment. Quoi qu'elle avait à me dire, elle semblait tendu et cela me mettait mal à l'aise. Et s'il y avait vraiment eu une explosion ? Et si finalement elle avait raison ? Et si elle me sortait une explication plus que censée et raisonnable ? Je doutais de toute sorte de choses et j'espérais que ce n'était pas vrai … M'avait-elle seulement déjà menti ? Jamais. Et comme si elle avait senti mon inquiétude et mon stress, Shaélynn me prit la main et s'éclaircissait la voix … Peu importe ce qu'elle allait dire, cela ne serait pas plaisant à écouter …



_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Shaélynn Moore
Paléontologie

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 1 055
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Vie:
Argent: 10 605
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
Relations: Situation Compliquée

MessagePosté le: Ven 13 Sep - 19:19 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

[Hors-rp : Je le reposte en version corrigé vu que c'était vraiment l'anarchie ce poste xD Note pour plus tard : écrire totalement un rp entre minuit et 2 heures et demi du matin c'est mal.]


Cole n’avait pas pigé un seul mot de ce qu’elle avait annoncé Shaélynn lui laissa du temps pour bien assimiler tout cela. Elle n’ajoutait rien de plus de peur de le perdre davantage. Les médecins lui avaient conseillé de ne pas le brusquer. Ils lui avaient même dit de lui cacher ces nouvelles le plus longtemps possible pour lui permettre de se remettre mais il y avait urgence. Le parc était sans gérant. Hammond était mort et Tim ne voulait pas de la succession. Le seul qui pouvait reprendre le parc en main était Cole au moins provisoirement. Shaélynn n’avait réalisé ce détail qu’après avoir tué John Hammond.

C’était précisément ce qu’avais dû chercher Biosyn. Il connaissait l’influence que la jeune femme avait sur lui. Et s’il accédait réellement à la direction du parc c’était le jackpot pour le laboratoire. Il suffirait à la paléobotaniste de convaincre le jeune gérant du parc de lui donner plus de responsabilités, ce qui serait une chose aisée à faire pour elle. Cole avait totale confiance en elle et c’était certainement l’un de ses plus grands défauts. Il allait le payer un jour où l’autre. Et elle ne pouvait plus rien faire pour empêcher cela. Elle s’était un peu trop impliquée émotionnellement et elle payerai aussi. Soit parce qu’elle ferait des erreurs que Biosyn ne lui pardonnerait pas, soit parce qu’elle ne se pardonnerait jamais ce qu’elle avait fait et les conséquences que cela avait eu.

Ou pire. Et c’était probablement ce qui allait arriver : parce que Noah ne passerait jamais au dessus de tout cela. Il ne lui pardonnerait jamais. Elle s’attachait. Et elle s’était considérablement éloignée de lui. En fait c’était surtout qu’elle ne voulait pas y penser. Il était trop loin. Et elle ne pouvait quasiment jamais lui parler. Plus le temps passait plus elle avait l’impression qu’on la coupait de lui. Au tout début, elle parvenait à parler à Cameron, rien que de penser à lui son cœur se serrait, ou à d’autres collègues de Biosyn. Désormais ses appels débouchaient constamment sur le portable de Lewis. Tous sans exceptions. Avant elle pouvait s’exprimer, parler de ses doutes, poser des questions à lui ou aux autres. Désormais le professeur la coupait sans cesse, lui demandait des comptes rendus détaillés qu’elle avait déjà envoyé par mail, et lorsqu’elle demandait à parler à ceux qui avaient été comme sa famille, il devait raccrocher et ne pouvaient pas lui passer qui que ce soit car «c’est un peu le bazar en ce moment, on est trop occupé ».

Et Shaélynn ne pouvait rien dire. Elle bossait pour eux. Elle avait accepté ses conditions. Elle savait qu’elle serait peut être amené à être coupés d’eux plus ou moins complètement. Mais là ça commençait à lui peser. Et la seule personne qui était là pour elle, était passé à deux mètres de la mort.

- Comment ça ? … C'est pas possible … Je sais très bien ce que je faisais hier … Une explosion dans ce local ? Pourquoi aurait-elle eu lieu ? Non mais c'est pas possible … La soirée sur les bateaux ont eu lieu ? C'est plus une affirmation qu'une question … Merde … J'ai raté ça, ça craint … La dernière chose que je me souviens en tout cas c'est d'être dans mon bureau et de me préparer pour la soirée. J'ai du m'endormir ou m'évanouir. Un malaise peut être … Il me semble que j'ai révé de Josh aussi tiens. C'est bizarre mais c'est vrai que cela fait un petit moment que j'ai pas eu de nouvelles de lui … Faudra que je demande à John Hammond quand je sortirais d'ici. Bon, on dirait que je vais mieux non ? Je parle, je parle … Toi tu es là à m'écouter, enfin je crois … Qu'est-ce qu'il m'est arrivé ? Racontes moi.

Cole était dans le déni. Les médecins avaient prévenus la jeune femme. Il ne voudrait pas accepter les événements tout de suite. Il ne voulait pas admettre qu’il avait perdus des jours de sa vie sans avoir la possibilité de s’en souvenir. C’était une réaction de protection normale. Son cerveau se protégeait de l’accident, de ce qui avait précédés pour ne pas affecter le jeune homme. Même si on lui exposait la situation, elle n’aurait pas la violence de l’image et du souvenir. Du moins les médecins l’espéraient. Shaélynn aurait bien attendu avant de lui dire la vérité mais Biosyn et Lewis voyaient les choses différemment. Il ne fallait pas qu’elle le prenne pour un con. Il fallait lui exposer la « vérité », qu’elle soit pour lui, qu’elle le soutienne… Shaé se rendait compte qu’avec ou sans eux, elle aurait été là. A son chevet. Même sans leurs ordres. Du coup, la jeune femme était gênée.

Elle perdait pied. Shaélynn ne savait plus vraiment si elle VOULAIT ou si on lui ORDONNAIT. Elle avait l’impression ne plus agir que sur volonté de Biosyn. De ne plus avoir de volonté propre. Malgré tout il lui semblait que l’affection qu’elle avait pour Cole. Elle voulait croire qu’elle serait venue quand même. Malgré tout Noah était le seul avec qui elle voulait passer sa vie. Et ça personne ne pourrait rien y faire.

Cole souffrait. Elle le sentait à chacun des minuscules mouvements qu’il essayait de faire. Le moindre geste lui arrachait des grimaces de douleur.

- … Tu … Tu … Tu crois que tu pourrais … m'enlever ce truc sur mes yeux ?

-Non… Je suis désolée mais les médecins m’ont dit qu’il valait mieux que tu le gardes pour le moment… C’est plus sûr.

Même si ce n’était pas vraiment de la chance, sa douleur était simplement physique pour le moment. A cela s’ajouterait ensuite la mort de son meilleur ami qu’il ignorait toujours puis celle de son ancien patron, John Hammond. Et elle espérait fortement qu’elle n’allait pas lui donner elle-même des raisons d’aller encore plus mal. Elle devait faire en sorte que personne n’apprenne qu’elle était responsable de la mort de Hammond. Même si la seule personne qui pouvait prouver que Shaé se trouvait en compagnie de John peu avant sa mort c’était Cole. La jeune femme savait que même si la mémoire lui revenait, il ne dirait rien. Pour la protéger. Et cela la blessait et la faisait culpabiliser encore plus.

Heureusement la souffrance physique s’apaisait bien plus facilement que la peine morale dans le cas de Cole. Shaé n’eut qu’à appuyer sur le bouton qui contrôlait la morphine pour que les muscles de Cole se relâchent progressivement. Sa respiration se fit plus calme et elle savait que sa douleur avait diminué. Il l’a remercia en chuchotant. Et la jeune femme se sentit un peu mieux.

- Est-ce que je pourrais avoir un verre d'eau ? …

Cole ne souffrait plus physiquement. En revanche son égo ramassait. Il n’avait actuellement plus aucune autonomie et elle sentait dans sa voix que cela ne lui plaisait. Et elle savait qu’à sa place, elle aurait eu la rage aussi. Elle ne supportait pas d’être dépendante. Et actuellement elle dépendait fortement de la protection de Biosyn et de la défaillance de mémoire de Cole. Sa survie se résumait à cela. Ainsi qu’au renvoi de Shivak qui ne lui cassait plus les pieds depuis son départ. Un souci de moins à gérer en ces temps compliqué.

La jeune femme fut obligé de faire bien attention à ne pas mettre de l’eau sur les bandages qui entourait certains partis de son visage, quasiment partout en fait, et à ne pas lui faire mal. Le voir dans cet état la dégoutait, elle devait l’avouer et l’odeur de chair brulée ou en cicatrisation était très dérangeante. Lorsqu’elle eut finit de lui donner à boire, Shaélynn sentit le jeune homme se calmer un peu.

Néanmoins il était tendu puisqu’il avait parfaitement entendu la jeune femme s’asseoir de nouveau sur la chaise près de lui, signe qu’elle allait reprendre ses explications et lui fournir les réponses aux questions qu’il avait posé. Le fait de ne pas pouvoir se servir de son corps et de n’avoir aucune autonomie devait l’angoisser encore un peu plus.

Les mains de Cole étaient posé de chaque coté de son corps et Shaé ne put détacher son regard de la main qui se trouvait de son coté. Elle était entourée de bandages pour ne pas dire de bandelettes. Entre les petites coupures dues à l’explosion et les brûlures, même si elles n’étaient pas horribles, les médecins avaient préférés les protéger. Principalement pour que les crèmes et les désinfectants qu’ils y avaient appliqué restent en place. De plus ils voulaient éviter les infections et les pansements étaient changés régulièrement. Malgré cela les produits leur donnaient une couleur jaunâtre et franchement dégueulasse par endroits. Et cela donnait à ses mains l’impression qu’elles étaient vraiment dans un état grave alors que Shaé qui les avaient vu sans les pansements savaient que ce n’était pas le cas.

Malgré sa réticence, la jeune femme finit par prendre la main de Cole. Vu ce qu’elle allait lui dire elle se devait de lui apporter un peu de soutien. Et puis elle ne touchait pas directement les bandages vu qu’elle était obligée de porter des gants pour le toucher.

-Oui… La soirée sur les bateaux a bien eu lieu Cole. Et ça a été une catastrophe sur les trois bateaux. Quelqu’un avait lâché sur le bateau où je me trouvais. On… On a eu deux morts. Ton bateau a été attaqué par Biosyn. Et puis le dernier bateau… K-C. Ils les ont pris en otages. C’est là où il y a eu le plus de morts. C’est ce que tu m’a toi-même dit quand on s’est vu peu de temps avant l’explosion. J’étais plus là quand c’est arrivé. Des larmes se mirent discrètement à couler sur ses joues. Les détails de la mort de John se mirent à tourner dans son esprit et elle ne parvenait pas à les faire disparaître. Elle se revoyait également abandonnant Cole face à Josh… C’est Chris Nedry et l’une des tes collègues qui t’ont trouvé. J’ai entendu l’explosion de loin mais je pouvais pas… J’essayais de prévenir le continent… K-C avait investis le parc. Et…

Shaélynn prit une inspiration. C’était le moment de la révélation. Celle qui allait lui faire le plus mal.

-Ils ont trouvé un corps dans les décombres. Ou plutôt des bouts de corps. Il a explosé à l’intérieur du bâtiment. Est-ce que tu te souviens qui était avec toi ? Ils n’ont pas encore identifié le corps…

Et c’était vrai. Les théories penchaient fortement en faveur de Josh mais les résultats du test ADN ne leur parviendraient que demain. Shaélynn n’avait pas besoin d’attendre jusque là pour le savoir…

_________________
27 roses!


Revenir en haut
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Lun 16 Sep - 17:08 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant



La première question qui me venait en tête était « comment seulement a-t-elle pu inventé si rapidement cette histoire ? » Comment pouvait-elle ne pas être réel ? Son hésitation trahissait pas un mensonge mais démontrait plutôt que elle craignait quelques choses, qu'elle était tendu. Ce n'était pas facile pour elle, je le sentais dans le ton de sa voix mais aussi psychiquement. Sans que je puisse comprendre pourquoi ou même comment, j'arrivais à visualiser et presque à voir ses grimaces, sa gestuel, ses expressions, sa posture rien qu'en l'entendant. Shaéynn ne m'avait jamais menti et même si elle avait tenté de me cacher quelque chose une fois, je lui faisais confiance aveuglement. Ironiquement, cette expression prenait tout son sens dans mon cas … Malgré tout, je reniais … Je refusais de croire en cette histoire tirée par les cheveux. Comment est-ce que c'était possible qu'une telle chose se produise ? Au fond, je savais que ce n'était que la strict vérité. Ma fatigue, mes douleurs et simplement ma présence dans une chambre d'hôpital prouvait qu'elle disait vrai. J'aurai très bien pu imaginer avec mon esprit farfelu qu'on me mente et que je sois séquestrer quelques parts mais avec cette odeur très caractéristique de ce genre de lieu on ne pouvait pas se tromper. Malgré mon odorat défectueux, je sentais une autre odeur très désagréable qui je crois n'était nul autre que moi … Je ne l'avais pas perçu dès le début, j'avais d'autres choses sur lesquelles me concentrer et je m'y étais peut être habitué car si tout ce qui a été dit est vrai, je suis ici depuis un petit moment …

Elle disait vrai. Plus le temps passait et plus cela se présentait comme une évidence à mes yeux enfin façon de parler… Connerie d'expression. C'était inéluctable, il s'était passé des choses terribles. J'étais perturbé et frustré au plus haut point ce qui devait d'ailleurs très certainement se voir sur mon visage ou tout du moins aux endroits où je n'étais pas couvert de bandage. Oui parce que maintenant j'arrivais à les sentir sur ma peau. C'était comme si mon corps s'était endormi lui aussi et se réveillait tout doucement. Mon front était crispé, je pinçais mes lèvres régulièrement. Pourquoi est-ce que je me souvenais de rien ? Pourquoi est-ce que je n'avais aucun souvenir de tout ça ? Les derniers choses dont je me rappelais étaient bel et bien lorsque je me préparais à partir à la soirée. Je me voyais m'habiller dans mon costard noir, boire un ou deux verres de whisky, prévenir ma secrétaire des derniers préparatifs pour une réunion et … J'ai envoyé aussi des messages à Shaé pour qu'elle me tienne au courant de sa soirée et je crois bien avoir discuter avec quelqu'un avant la soirée … C'était tout. Hors, Shaé me disait que la soirée sur les bateaux avait bien eu lieu et que, selon ses dire, cela avait été un massacre, une catastrophe … Tous sans exception avaient été attaqué soit par Biosin et K-C. Est-ce qu'ils s'étaient associés ? Est-ce que les deux entreprises avaient eu la même idée au même moment ? Quoi qu'il en soit, il y avait eu de nombreux morts et, soit disant, c'était moi qui lui avait donné les mauvaises nouvelles.

Shaélynn s’arrêta un moment, un silence étrange circula dans l'air puis elle reprit.

- C’est Chris Nedry et l’une des tes collègues qui t’ont trouvé. J’ai entendu l’explosion de loin mais je pouvais pas… J’essayais de prévenir le continent… K-C avait investis le parc. Et…

Sa voix vibrait, elle sanglotait doucement … Je me sentais désemparé … Cela me paraissait tellement impossible. C'était comme si j'entendais l'histoire de quelqu'un d'autre, un livre ou un film mais cela ne pouvait pas être possible. Le silence se fit plus long, elle prit une inspiration et, encore une fois, elle reprit.

- Ils ont trouvé un corps dans les décombres. Ou plutôt des bouts de corps. Il a explosé à l’intérieur du bâtiment. Est-ce que tu te souviens qui était avec toi ? Ils n’ont pas encore identifié le corps…

Cette révélation venait de m'éclater au visage comme si une deuxième bombe venait littéralement de péter devant moi. Comment une chose aussi choquante, aussi horrible avait pu se passer sous mes yeux sans même que je m'en souvienne. Je me souvenais déjà pas du reste, comment seulement je pouvais me rappeler de ça ? Des milliards de question me frappait la tête de toute part. Quel rôle j'avais joué dans cette histoire ? Avait-il seulement eu une intervention de la sécurité et des Rangers pour défendre l'île ? Que c'était-il passé concrètement sur le bateau et quelle avait-été mes réactions ? Qui … Qui était la personne qui avait servi de bombe humaine ? Qui était la collègue avec Chris ? Combien il y a-t-il eu de victimes ? Est-ce que je connaissais personnellement ces personnes ? Est-ce que Shaé en connaissait ? Les chefs de section s'en étaient-ils sorti ? Que faisait John Hammond dans tout ça ? Il devait probablement être accabler par la situation, détruit. Son rêve s’effondrait littéralement. D'ailleurs, dans quel état le parc se trouvait-il ? Si une bombe avait explosé dans le bâtiment qu'elle avait dit, cela voudrait dire que les systèmes électriques étaient détruit. Les dinosaures … S'étaient-ils enfuis ? Je pensais directement au Raptor, à ce que m'avait dit Tim il y a un petit moment déjà … Comment j'avais réagis face à la situation ?

Je m'emballais, j'étais stressé. Je respirais vite, mon cœur battait très vite. Je manquais d'air, je me sentais vraiment mal à l'aise. J'avais une boule au ventre et ma tête allait explosé. Poussé par l'excitation et sûrement un peu d'adrénaline, je repoussais la main de Shaé et la couverture dans un même geste. Je me levais subitement arrachant par la même des tubes qui étaient reliés je ne sais où à mon corps. Je tentais de marcher aveuglement dans la salle mais à peine avais-je fais un pas que je m'écroulais sur le sol. La douleur m'avait littéralement plaqué sur le sol et je m'étais éclaté la face la première sur le lino. Je me tordais de douleur, je n'arrivais pas à respirer. Je faisais un crise de panique ou quelques choses comme ça. Je ne pouvais pas croire que tout ça était vrai, c'était tout simplement impossible … Comment est-ce que ça avait pu dégénéré à ce point ?

- Non … C'est pas possible … Aïe … Dis moi que je fais un cauchemar … Je veux me réveiller … Je suis encore endormi … Réveille toi bordel … C'est pas possible … Comment ça a pu merdé à ce point là ? Qu'est-ce qu'on a fait de mal pour en arriver là ? Est-ce … Est-ce que des employés que l'on connaît ... tu sais depuis le début … tu sais … Mort ?

C'était mes derniers mots avant que je sombre à nouveau. Je ne sais pas si je m'étais endormi ou évanouit mais je sais que je me suis réveillé peu de temps après car Shaé était encore là et qu'on venait seulement de me porter soutien pour me remettre dans le lit … Je ne rêvais pas … Tout était bien trop réel pour que cela soit qu'un simple cauchemar … Le cauchemar devenait réalité en vérité … Est-ce que c'était un genre de punition divine pour ma trop grande ambition, pour nos péchés ou ce genre de trucs farfelus auquel je ne croyais absolument pas ? Est-ce que c'était simplement la réalité qui venait de m’exposer au visage ? Etait-il si dur au final que mon esprit avait effacé ces souvenirs trop difficile et trop mauvais pour mon bien-être ? Est-ce que c'était seulement un coup sur la tête, un traumatisme qui m'avait fait tout oublier ? Et comment je pouvais connaître la vérité ? Habituellement j'étais curieux des choses qui se disaient, curieux des choses qui se présentaient à moi et qui me survolaient doucement. J'attrapais seulement alors ces choses et je les consommais lentement. C'était comme une bénédiction à chaque fois. J'aimais tout savoir et je savais tout, on me disait tout. C'était un vrai calvaire … J'étais la seule personne présente sur les lieux de l'explosion et je me souviendrais peut être jamais … Rien que cette idée me donnait des vertiges et des nausées. Pour moi, le savoir c'était le pouvoir mais peut être pour la première fois de ma vie, je craignais. Je craignais de savoir la vérité sur les événements qui avaient eu lieu par peur que chaque choses que l'on me raconterait serait de plus en plus terrible. Ce qui était sûr, c'est que j'étais obligé de savoir, c'était plus fort que moi et je savais pertinemment un jour cela me causerait des problèmes. Peut être plus tôt que je m'y attend d'ailleurs … J'attendais que les infirmiers ou infirmières finissent de s'occuper de moi, j'étais dans mes pensées, j'étais abattu, presque désespéré. Est-ce que Shaé avait encore des révélations à me faire ?
_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Shaélynn Moore
Paléontologie

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 1 055
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Vie:
Argent: 10 605
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
Relations: Situation Compliquée

MessagePosté le: Lun 23 Sep - 01:18 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant

C’était tellement chiant ce bandeau qu’il avait sur les yeux… Et tous ces bandages… On ne peut pas dire que ça lui facilitait vraiment la tâche. Déjà Shaé ne parvenait pas à voir sa réaction, si vraiment Cole était toujours capable de réagir après la morphine qu’elle lui avait injectée et ensuite ça lui donnait un air tout malheureux et complètement pathétique… Du coup elle pesait encore plus ses mots que d’ordinaire. En même temps, elle ne pouvait pas tellement lui balancer ça en pleine gueule et le laisser se démerder. Quoi que ça aurait été la deuxième fois en pas longtemps. Et, sans mauvais jeu de mot, la mort de Josh aurait l’effet d’une bombe sur lui. Pourtant, elle sentait qu’il devenait nerveux au fur et à mesure qu’elle avait parlé. Et maintenant qu’elle lui laissait un moment de silence, elle avait l’impression que c’était de pire en pire. Elle voyait ses lèvres se pincer, ses mains, qui pourtant étaient assez immobiles à cause des bandages, tremblotaient légèrement. Visiblement, il accusait le coup. Plus ou moins. En fait il n’avait pas vraiment l’air de percuter.

Le connaissait, il devait penser qu’elle se foutait de sa gueule. Qu’une bombe ai éclaté dans le parc signifiait que des gens méchants s’en étaient pris à des gentils. Et pour un pacifiste-bisounours comme lui, le concept devait être dur à intégrer. Le souffle du jeune homme s’accéléra. Sa respiration se fit bruyante et Shaé resserra un peu la pression sur sa main. La jeune femme entendit quelqu’un arriver dans le couloir et elle voulut l’appeler. Cole choisit ce moment là, alors qu’elle tournait la tête pour repousser sa main et tenter de s’enfuir. Parce que c’était vraiment ce qu’il tentait de faire. La paléobotaniste avait l’impression de se retrouver dans un film. Elle vit le gérant du parc arraché un à un les tubes et les tuyaux qui reliaient son corps aux machines.

-Cole ! Arrête ! Tout de suite ! Cole !

Evidemment à moitié shooté par la morphine et en pleine crise d’angoisse, Cole ne comprenait visiblement même pas ce qu’elle lui racontait et même si il avait été en mesure de comprendre, il ne l’écoutait de toutes évidences pas. Ça a aurait été beaucoup trop simple. Quelques secondes de plus et tout les fils pendaient misérablement par terre. Shaélynn se releva de sa chaise en urgence mais n’eut pas le temps de l’empêcher de traverser la pièce… Ou du moins d’essayer de traverser la pièce. Il était encore faible, il se levait pour la première fois après plusieurs jours de coma et il était encore sous morphine, entre autres antis-douleurs et calmants du genre.

Il ne put pas aller bien loin. A peine un ou deux pas et il s’effondra. La jeune femme lui attrapa le bras pour stabiliser mais c’était peine perdu parce que ces jambes ne le tenait plus. Shaélynn avait de la force mais le poids de Cole l’entraîna et ses fesses atterrirent magistralement par terre. De son coté, le jeune homme s’était étalé de tout son long sur le sol, face la première, écrasant au passage en partie la jambe de la paléobotaniste. Il devenait hystérique et tentait désespérément de se relever. De son coté, Shaé essayait de le calmer et de le maintenir en place. Mais, elle n’était même pas sûre qu’il ait conscience de sa présence. Et très honnêtement : elle galérait. Privé de la force de ses jambes et devant l’énergie que Cole déployait elle n’était pas de taille.

Heureusement pour Shaé, il eu la bonne idée de s’évanouir. Note pour plus tard : la prochaine fois soit elle l’assommerait à la morphine soit elle le laisserait crever de douleur. Ça lui fera les pieds.

-Non mais quel con ! T’a vraiment décidé de me pourrir la vie !

Ce fut ce moment que l’un des infirmiers choisis pour se pointer. En voyant son patient allongé par terre, il appela un de ses collègues et se précipita pour récupérer Cole. Le second aida Shaé à se relever avant de filer un coup de main au second infirmier pour remettre le jeune homme dans son lit. La jeune femme fut de nouveau prier d’aller faire un autre tour dans le couloir voir si elle y était en attendant. Elle s’y rendit donc et s’effondra sur une chaise. Et elle pleurait de nouveau. Amazing.

C’était de sa faute ! SA faute ! Si, il ne l’avait pas suivi ! Mais il fallait toujours qu’il la colle et qu’il la surprotège ! Il ne serait pas venu, elle aurait tracé et ils ne seraient jamais restés planté là. John ne les auraient jamais trouvés. Josh non plus. Josh serait mort quand même mais John serait peut être toujours en vie à l’heure qu’il était. Et Cole ne serait pas ici. Il s’était puni tout seul.
Mais c’était ses choix à elle qui avait provoqué tout ça. Alors elle allait la fermer un peu. La situation n’allait pas s’éterniser. Quand elle avait accepté sa mission, Lewis lui avait dit que ce sera l’affaire de quelque mois. Qu’en moins d’un an, elle serait certainement de retour aux Etats-Unis. Elle avait encore le temps. En effet, la jeune femme n’était au parc que depuis … depuis 6 mois. L’angoisse. Elle se mit à respirer avec difficulté. Elle en avait marre. De tout. Elle voulait rentrer chez elle. Elle voulait retrouver Noah, l’appartement qu’il avait partagé, leur vie…

Elle entendait vaguement qu’on l’appelait. Il lui semblait avoir entendu un « mademoiselle Moore ». Elle tourna donc la tête et vit l’un des médecins passé la tête par la porte de la chambre de Cole. Shaé se leva précipitamment. Son calme était revenu aussi vite qu’il était parti. Elle tremblait encore un peu, avait encore des larmes pleins les joues mais elle s’était déjà un peu ressaisi.

-Il va bien. On va juste le laisser se reposer. On lui a redonné de la morphine et il va lui falloir encore quelques jours pour se remettre. Vous savez ce qui lui a pris tout à l’heure ?

-Il… Il a voulu des réponses. J’ai pas eu le temps de finir de lui expliquer. De toute façon je n’avais pas l’intention de tout lui expliquer et il l’a très mal pris. Il ne réalise pas que… ça faisait trop d'un coup ! Il… Se souvient de rien.

Le médecin fronça les sourcils visiblement mécontent que Shaélynn n’ai pas pris plus de temps pour annoncer à Cole ce qui s’était passé. Il hocha juste la tête et s’apprêtait à partir quand la jeune femme fit mine de retourner auprès de Cole. Le bras que l’homme avait mis brutalement en travers de la porte l’en empêcha.

-Il a besoin de repos. Et vous aussi. Vous tenez à peine debout et vous tenez plus le choc émotionnellement. Retournez chez vous. La paléobotaniste voulut protester mais il lui prit le bras et l’éloigna de la chambre.Je vais donner des instructions à l’accueil. Je suis désolée mais il vaut mieux que vous vous absteniez de venir quelques jours.

Ça ne servait à rien de protester. Même si en temps normal elle l’aurait incendié et aurait obtenu ce qu’elle voulait, Shaé n’avait plus la force. Il avait raison. Il valait mieux rentrer.

Rentrer sur le parc était un peu compliqué. De plus, ils étaient en deuil et le parc n’était pas opérationnel pour le moment. Si, elle rentrait elle allait se plonger dans ses dossiers, aidés à la reconstruction du parc… Elle ne parviendrait jamais à rester en place. Elle préféra retourner à l’hôtel où elle s’était installé durant le séjour de Cole à l’hôpital et y’avait passé les deux jours suivant à dormir pour ne pas réfléchir à ce qu’elle avait fait.

Et puis au bout de deux jours elle avait reçu un appel de l’hôpital. On l’autorisait enfin à y retourner. Shaélynn ne se fit pas prier et s’y précipita. Il était environ 14 heures et l’une des infirmières du service lui annonçait qu’il dormait… Pour changer. Néanmoins, elle put quand même rentrer dans la chambre et elle constata qu’il ne dormait pas. Ou disons plus. Vu la tête qu’il avait, il avait dû se réveiller en entendant la porte s’ouvrir.

Shaé prit donc place sur la chaise à coté du lit, où elle avait passé énormément de temps ces derniers jours, sans parler. Elle put constater qu’on lui avait retiré le bandage sur ses yeux et certains de ceux qu’il avait sur les mains. Cependant la très grande majorité était encore là. Dans un meilleur état que la dernière fois néanmoins. Elle aurait voulu parler. Mais elle n’avait pas l’impression d’en être capable. Surtout parce qu'elle ne voulait pas revivre l'épisode de l'autre jour. Elle se décida donc à prendre la parole.

-Coucou ! Bien dormi ?

Le jeune homme était encore un peu dans le vague et les blessures qui n'étaient plus couvertes par les bandages n'étaient pas encore dans un super état pour autant. Malgré tout elle ne pouvait s’empêcher d'y jeter un coup d’œil un peu gêné de temps à autre. Shaé avait l'impression que le sentiment de culpabilités qu'elle ressentait en permanence en ce moment ne la quitterais jamais désormais.



_________________
27 roses!


Revenir en haut
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Mer 25 Sep - 19:03 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant




Deux jours, deux long et ennuyant jours où on l'avait laissé littéralement pourrir. C'était peu dire puisque, effectivement, à certains endroits, sa peau commençait à sécher et à craqueler. C'était un signe de guérison d'après les médecins. Cole, lui, trouvait ça particulièrement dégoûtant surtout que maintenant il pouvait voir ce qu'il se passait, il pouvait comprendre et même dire « non » à certaines choses bien que l'occasion ne se soit jamais présenter et que, à vrai dire, l'idée ne lui traversait pas vraiment l'esprit. Il faisait confiance à ces gens, c'était leurs métiers. Aussi, on lui expliquait rarement ce qu'on pratiquait sur lui, les diverses manipulations qu'on lui faisait, peut être parce que c'était d'une part pas bien compliqué à comprendre et d'une autre parce qu'au final ça le soulageait de la douleur. Vraiment.

On lui avait déjà enlevé de nombreux bandages, on vérifiait l'état de sa peau régulièrement et on lui passait un genre de liquide jaunâtre qui devait probablement servir à désinfecter et à éviter les infections. De la Bétadine, peut être. Cole en avait absolument aucune idée. C'était toujours un soulagement de voir qu'il y avait du progrès, qu'il cicatrisait rapidement ou même parfois qu'il n'y avait finalement pas de blessures sous une bande. En réalité, c'était comme si chaque pores de sa peau avaient été claustrophobes et qu'on l'avait enfermé dans un placard ou quelques choses comme ça. Cela devenait vraiment insupportable et rien que le fait d'enlever un bandage le faisait presque revivre. Il y avait quelques fois aussi où il prenait littéralement une bouffée d'air puisque on lui changeait ses pansements, il avait vraiment l'impression d'étouffer dessous. Malheureusement, il faisait ça rapidement pour éviter un contact trop prolongé avec l'air et autres bactéries. Il y avait aussi les horribles moments où la morphine qui maintenant lui était administrée à petites doses ne faisaient plus effet. Durant ces courts passages, il avait vraiment la sensation de devenir fou tellement la douleur était intense. Il craignait toujours ces moments là car, de plus, ces idiots de stagiaire n'anticipaient pas et attendaient bien qu'il n'y en ai plus. Il fallait attendre qu'il souffre pour qu'ils en remettent. Si tel était le protocole, il fallait en changer. Horribles personnes.
Du coup, Cole était parfois désagréable et grognon.

La vraie libération fut quand on lui enleva la chose qu'il avait devant les yeux. Cela l'avait rendu fébrile, cela l'avait grandement soulagé mais en même temps un peu démoralisé. Le fait de voir à nouveau lui avait changé la vie et il se rendait compte à quel point c'était différent. Il avait l'impression de percevoir beaucoup moins de choses avec. C'était comme si ses propres yeux lui mentaient. Lorsqu'il ne pouvait pas voir, il prêtait attention à beaucoup plus de choses. La vibration des cordes vocales, le ton employé par la personne, les odeurs, les éventuels frottements des vêtements, les déplacements de l'air et tant d'autres choses. Il ressentait tout. La vue lui avait enlevé toutes ces sensations et, d'une certaine manière, il voulait retrouver toutes ses anciennes facultés.
Quoi qu'il en soit, cela n'avait pas été de tout repos. Ses yeux étaient encore un peu rouge et la lumière semblait presque lui transpercer le cerveau. On lui avait fait une série d'examens et on avait jugé qu'il était temps pour lui d'enlever son bandage. Il fallait du temps pour qu'il se réhabitue ...

Ces deux jours furent incroyablement long, à la limite de la dépression. Il ne pouvait absolument rien faire. Même la télévision lui était refusé puisque la lumière qu'elle produisait était « nocif » pour lui. Il ne pouvait pas non plus lire puisque l'éclairage de la chambre était quasi inexistant justement pour que ces yeux se réadaptent peu à peu. Il devait bien avouer que cela lui suffisait largement même s'il s'ennuyait à mourir. Mourir … C'est bien ce qu'il avait failli faire. Dès qu'il avait pu voir de ses yeux son état, il avait directement su que Shaélynn avait bel et bien dit la vérité. L'idée le bouleversait, il s'était comporté vraiment n'importe comme même si en réalité et il fallait l'avouer, il avait totalement perdu le contrôle.

Deux jours. Il avait largement eu le temps de réfléchir à tout ça surtout que les visites lui avaient été interdites. Trop de pression, trop de stresse pour lui d'après les docteurs. A peine avaient-elles à nouveau autorisé que sa curiosité légendaire avait prit le dessus. Il avait contacté sa dévouée secrétaire qui, au passage, avait été agréablement surpris de l'entendre au téléphone, et il lui avait demandé de lui amener l'intégralité de tout ses rapports écrits sur papier ou sur informatique y comprit ceux des chefs de section. S'il avait dormi aussi longtemps qu'on le prétendait, ils avaient forcement eu le temps d'écrire. Cole en voulait des copies, il fallait qu'il les voit.
Naïve et se contentant de faire son boulot et d'obéir à son patron, elle avait accepté et elle devait venir aujourd'hui. Le gérant du parc se demandait quand Shaélynn allait revenir le voir, l'avait-on prévenu pour les visites ? A vrai dire, il voyait le temps long sans elle. Il était plongé dans ses pensées quand la porte s'ouvrit doucement. Cole regarda tout d'abord l'intrus d'un air enjoué, presque enfantin mais il effaça vite son sourire en voyant qu'il ne s'agissait que de sa secrétaire. A peine était-elle rentrée dans la chambre que cette dernière s’effondrait en larmes pour la plus grande surprise de Cole. Il ne s'attendait pas du tout à ça et il ne savait tout d'abord pas comment réagir face à cette situation qu'il ne comprenait pas à vrai dire. Elle s'excusa une première fois et s'avança vers lui. Elle s'excusa une deuxième fois. Cole ne disait aucun mot déjà parce qu'il ne savait pas du tout quoi dire et puis de toute manière il ne voulait pas vraiment discuter, pas avec elle, il voulait simplement entendre et écouter ce qu'on n'avait à lui dire.

- Bonjour, fit-elle d'une voix fatiguée et cassée.
- … Vous avez ce que je vous ai demandé ? …

Elle fit une drôle d'expression visiblement outrée par cette réponse et Cole se ravisait finalement.

- Excusez moi … Je … Bonjour … Comment vous vous sentez ? Racontez moi ce qu'il s'est passé là bas s'il vous plaît … A partir de la soirée je veux dire … Je ne me souviens de rien … Je veux dire … Les docteurs parlent d'amnésie, de traumatisme … Plus aucune souvenirs de tout ça …



La jeune femme se remit à pleurer à nouveau un moment, essaya ses larmes et tenta de parler.

- Allons allons … Ca va mieux maintenant … Tout rentre dans l'ordre …
- Excusez moi mais … C'est pas facile vous savez … Je m'attendais pas à ce que cela arrive … Vous avez de la chance … Je veux dire, vous vous souvenez de rien …

Cole se renferma un instant et répondit finalement.

- Personne ne s'y attendait.

La secrétaire lui raconta quasiment mot pour mot ce que Shaélynn lui avait dit avec bien sûr plus de pleures, plus de gémissements et plus de drama mais au final c'était exactement la même chose. Il y avait eu de nombreux morts, des gens innocents, honnêtes qui menaient une vie sympathique et faisait leur possible pour être heureux, gagner leurs vies et subvenir aux besoins de leurs potentiels familles. Ils ne méritaient pas ça. Tout le monde avait souffert de cette tragédie, certains plus que d'autres. Le local où Cole avait failli passer à trépas était le réseau électrique du parc. L'intégralité des clôtures avaient été désactivé, éteinte et des dinosaures s'étaient échappés, semant la panique un peu plus au sein des employés du parc. C'était l'apocalypse sur place d'après ses mots. On parlait désormais de survie là-bas et non plus d'un lieu paisible, calme et serein comme il y avait quelques jours de ça. La nouvelle tuait littéralement Cole de l'intérieur. Comment pouvait-il ne plus se souvenir de tout ça ?
Sa secrétaire lui donnait finalement les dossiers qu'il avait demandé et lui donnait par la même un baiser. Ni sur les lèvres, ni sur la joue mais néanmoins frustrant. Il fut parcouru d'un léger frisson et elle finit pas lâcher quelques mots avant de partir.

- Faites attention à vous ...

Maintenant sa venue n'était plus qu'un souvenir, une odeur flottant dans l'air. Cole avait commençé à feuilleter les divers dossiers qui, pour la plupart, ne répétait inlassablement la même chose. Il n'apprit rien de plus ce qu'on lui avait déjà dit. Simplement quelques menues détails parfois dérangeant, parfois inutile. Il s'attaqua finalement à la liste des victimes, des employés du parc. Il y avait de nombreuses personnes qu'il connaissait de noms, de vues ou en personne comme c'était le cas avec Dale Fisher, Piotr Armyanski dont il n'arrivait toujours pas à prononcer le nom, Nina Cortez, Tony Carmine, John Pick et Ronnie Shepard. Il y en avait tellement. Accablé et regrettant immédiatement son geste, Cole remit à sa place tout les documents et les renferma dans le porte-document que la jeune femme lui avait donné. Il le posa sur la table de chambre et s'affala dans le lit un peu plus confortablement. Malgré la frustration, l'insatisfaction et les nombreux autres sentiments péjoratives qu'il ressentait, Cole parvient à fermer les yeux. Il se rendit compte qu'en réalité il était épuisé. Il lui manquait tellement de sommeil. Le coma n'avait pas été de tout repos, c'était différent. Le cerveau était plus actif, beaucoup plus actif que la normale durant sa langue sieste.
Alors qu'il venait à peine de fermer les yeux et de s'endormir, la porte s'ouvrit à nouveau. Cole se réveilla presque en sursaut et vit sur le pas de la porte Shaélynn. Il n'osa tout d'abord pas la regarder dans les yeux par gène, par honte et regret. Son comportement ridicule de la dernière fois le mettait mal à l'aise mais il était content de la voir. Cependant, son visage semblait montrer exactement l'inverse. Il n'avait aucune expression, distant et froid, il avait presque une tête d'enterrement accompagné parfois de petites grimaces de douleurs et cela se justifiait puisqu'il n'y en avait pas qu'un seul à enterrer …

- Coucou ! Bien dormi ?

Cole mit un petit moment à répondre mais finalement les mots sortirent de sa bouche tout seul.

- Hello … Non … Pas vraiment … Ecoute … Euh … Excuse moi pour la dernière fois, c'était pas cool … Je comprend pas ce qu'il s'est passé … Ca m'a pris d'un coup, j'étouffais … Je …

Comme s'il n'attendait pas de réponses particulières, il poursuivit directement.

- Concernant l'enquête pour l'explosion dans le local … Il y a du nouveau ?
_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Shaélynn Moore
Paléontologie

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2011
Messages: 1 055
Féminin Gémeaux (21mai-20juin)
Vie:
Argent: 10 605
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
Relations: Situation Compliquée

MessagePosté le: Dim 29 Sep - 22:02 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant


Cole n’était pas plus à l’aise qu’elle. Les événements survenus deux jours plus tôt étaient encore bien présents dans leur esprit. Du moins dans celui de Shaé. Sans parler de traumatisme, elle avait véritablement été choquée de la folie qui s’était emparé du jeune homme. Et elle se rendait compte de l’ampleur des dégâts que cela avait eu sur son mental. Evidement que la jeune femme se doutait qu’il n’allait pas péter le feu psychologiquement parlant mais cet épisode lui avait ouvert les yeux et Shaélynn avait crains le moment où elle allait devoir retourner le voir. Quand l’hôpital l’avait appelé pour lui dire que Cole avait de nouveaux droits aux visites, elle avait été partagée entre le soulagement de pouvoir être près de lui de nouveau et la peur de revivre ça.

Tout simplement parce qu’elle savait qu’elle ne serait pas en mesure de le gérer. Plus maintenant. Si, elle avait dû voir ça avec la mentalité de Biosyn, Shaé aurait appelé ça une putain d’opportunité. Le gérant du parc était plus faible que jamais : c’était le moment d’attaquer. Elle avait le grade pour et si jamais son âge la pénalisait elle pourrait toujours utiliser l’excuse de « seconder Cole le temps qu’il se remette ». Seulement elle n’était pas sûre que cela résoudrait le problème. Enfin « le problème »… « Son » problème plutôt. Un problème qui n’avait cessé d’empirer et qu’elle sentait susceptible de la submerger sans qu’elle ne puisse rien y faire.

Shaélynn n’en pouvait plus. Elle pouvait encore supporter sa mission en soit. Avoir une double vie lui posait évidement un peu plus de problème. Si, elle avait été moins attaché à Cole et été moins folle amoureuse de Noah, cela aurait même été bien plus simple pour elle. Néanmoins même si la situation était compliquée et la rendait très régulièrement hystérique, tant que la jeune femme évitait d’y penser, et qu’elle ne parlait pas trop à Noah, elle parvenait encore à s’en sortir. Et même si être proche de Cole lui rappelait que son « ex » lui manquait cruellement, la présence du gérant du parc la réconfortait bien plus qu’elle n’osait l’avouer. En gros, elle survivait.

Seulement, la mort de John Hammond la hantait. Certes il était « en fin de vie » et c’était presque « un service à lui rendre » comme l’avait si justement dit Lewis mais… L’espionne avait supprimé une vie humaine. Celle de John Hammond, son patron,possesseur de l’une des entreprises les plus célèbres du monde qui plus est. Par ce geste, Shaé avait atteint un point de non-retour. Espionnage industriel, manipulation et maintenant meurtre. On l’avait pourtant préparé à ça. Mais visiblement ça ne suffisait pas. Biosyn lui avait enseigné à mener une vie comme celle là. Mais c’était maintenant qu’elle avait besoin d’eux. On ne lui avait pas caché les conséquences qu’un meurtre aurait sur elle et son mental et on lui avait vaguement expliqué comment surmonter la culpabilité et les remords qui en découleraient. Vaguement. Puisque Biosyn était censé rester en contact permanent avec ces agents et être là pour l’aider à travers cette épreuve. Ce qui n’était plus le cas de Shaélynn.

La paléobotaniste avait laissé un message sur plusieurs des répondeurs de Biosyn. Et pour être totalement honnête il aurait fallu les appeler des « messages de détresse ». Elle ne dormait plus. Ou quasiment plus. Elle avait tenté de bosser sur des dossiers et d’aider à organiser à la reconstruction du parc. Contrairement à d’habitude elle était obligé de se forcer à travailler. Pas parce qu’elle était fatiguée ou qu’elle n’avait pas le temps mais bien parce qu’elle n’y trouvait plus d’intérêt. Plus d’intérêt pour sa propre passion. C’était déjà suffisamment frustrant sans qu’elle ait à y ajouter, sans aller jusqu’à parler de dégoût, d’un certain désintérêt pour la nourriture même si la jeune femme se forçait à manger à heure fixe comme elle en avait l’habitude.

En revanche, Shaélynn avait tendance à chercher la présence des autres même si elle s’en privait pour rester aux cotés de Cole. C’était peut être une des raisons qui l’avait poussé à aller au parc une ou deux fois sous prétexte de briefer son équipe et celle de Cole. Aucune information ne devait lui parvenir tant qu’il était à l’hôpital. Pas question qu’il fasse autre chose que se reposer. En espérant qu’il y parvienne. Shaélynn priait pour qu’il se rétablisse vite car, elle se sentait flancher. Le quasi silence de Biosyn la terrorisait. Elle se sentait abandonné. Quelque chose qu’ils lui avaient promis de ne jamais lui faire revivre. Pas tant qu’elle travaillerait pour eux. C’était une des raisons implicites pour lesquelles elle avait accepté. Sans eux, elle était perdue. Parce qu’ils étaient sa famille, ses repères mais aussi parce que si elle était démasqué, ils ne seraient pas là pour sauver sa peau.

Shaé avait peur. Et la seule personne qui aurait pu l’aider, à part Biosyn, était encore en convalescence. De plus, il n’avait pas l’air d’aller tellement mieux. Ses blessures cicatrisaient lentement mais sûrement. Cole pourrait bientôt sortir. Mais, il fallait qu’il soit autonome sinon elle serait encore obligée de délaisser provisoirement son travail… Qu’elle devait faire même si l’envie lui faisait défaut. La jeune femme avait besoin qu’il soit là, qu’il y ait quelqu’un de présent pour elle…

Mais ça semblait plutôt mal parti.

- Hello … Non … Pas vraiment … Ecoute … Euh … Excuse moi pour la dernière fois, c'était pas cool … Je comprend pas ce qu'il s'est passé … Ca m'a pris d'un coup, j'étouffais … Je …

C’était déjà des excuses. Même si ce n’était pas sa faute. Il s’était encore trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Grâce à elle une fois de plus. Cela aurait été salaud de sa part de lui en vouloir.

- Concernant l'enquête pour l'explosion dans le local … Il y a du nouveau ?

Shaélynn se crispa. Ils savaient. Le parc avait découvert les résultats de l’analyse ADN la veille. On connaissait désormais l’identité de la victime/bombe humaine. Cela avait choqué tout le monde. Et Cole serait au courant tôt ou tard. Il avait été son meilleur ami. Et maintenant qu’elle n’était plus la seule personne autorisé à lui rendre visite, quelqu’un ferait certainement la gaffe de lui présenter leur condoléance pour la mort de Josh. Shaélynn ne pourrait pas attendre qu’il soit de nouveau sur pied pour lui annoncer. Mais elle ne voyait pas comment. Quelle que soit la façon dont elle tournerait ça, ça ne changerai rien à ce qui s’était passé. Et Cole souffrirait quand même. Il n’y avait pas de mieux, seulement du moins pire.

Malheureusement elle n’avait pas le droit de flancher. Elle s’était promis de lui dire.

-Oui, ils… Heu… On a eu les résultats des tests ADN hier.

Shaé aurait juste voulu s’en aller. Ne pas avoir à lui annoncer . Alors ça, Biosyn ne lui avait jamais enseigné. Elle avait perdu des gens. Sa mère, son père… Mais on ne lui avait jamais annoncé. Dès qu’elle avait été en âge de comprendre les choses, elle avait intégré l’idée selon laquelle elle avait une mère mais qu’elle ne la verrait jamais. Quand à son père… Personne ne lui avait annoncé. Elle était simplement rentrée chez elle pour le trouver pendu dans son bureau.

Le hasard ne prend malheureusement pas la peine de rendre les choses moins dures. Ils n’enjolivent rien. Shaé s’était simplement retrouvé face au cadavre de son père, à dix huit ans et quelques jours, dans le salon du manoir en Angleterre où elle avait passé toute sa vie. Avec plusieurs millions d’euros de dettes sur le dos. Elle souvenait de l’incompréhension. De l’impression de non-réaction de son cerveau. Des instants, dont elle ne saurait estimer la durée, qu’elle avait passée sur le pas de la porte. Le temps de comprendre ce qu’elle avait sous les yeux. Et de s’effondrer. Comment ? Comment aurait-on pu atténuer cette douleur ? Honnêtement elle ne voyait pas. Du moins Cole saurait ce qui était arrivé à Josh qui avait brusquement disparu sans laisser de traces. Pour avoir vécu cette situation avec Cameron, elle savait qu’avoir des réponses et savoir était déjà un pas vers la guérison.

-Ils ne savent pas encore comment c’est possible… Ni ce qu’il faisait là. Tu étais avec Josh. C’est lui qui portait la bombe. Apparemment il t’aurait poussé avant de s’enfermer dans le local d’après la caméra de vidéosurveillance qu’on a fini par retrouver.



Elle ne connaissait pas Josh. Mais le deuil qu’allait devoir affronter Cole lui rappelait ceux qu’elle avait ou plutôt aurait dû surmonter et pour lesquels elle s’était contenté de se persuader que cela ne la touchait pas tant que ça. Et ils semblaient avoir décidé de refaire surface aujourd’hui. Elle eut l’impression que son cœur pesait une tonne et que ses poumons avaient oublié comment fonctionner. Lorsqu’elle voulut parler, sa voix refusa de sortir. Elle eut un hoquet et elle comprit qu’elle allait pleurer.

-Je suis désolée… Pour tout. De pleurer alors que c’était lui qui avait perdu son meilleur ami. De lui faire croire que quelque chose de vrai était possible entre eux. De lui mentir. De l’avoir entraîné là dedans. De l’avoir abandonné face à Josh. Shaé appuya son front sur sa main pour ne plus rien voir tandis que son autre bras était crispé sur son ventre. Elle ne voulait plus le voir. Ne voulait plus croiser son regard. Elle voulait simplement partir et ne pas revenir.
_________________
27 roses!


Revenir en haut
Cole Hudson
Gérant du Parc

Hors ligne

Inscrit le: 20 Oct 2011
Messages: 889
Masculin
Vie:
Expérience:
Argent: 13 379
Niveau: Directeur du Parc (Niveau 6)
DC: Terrence McTaylor
Relations: En Couple

MessagePosté le: Mer 2 Oct - 11:51 (2013)    Sujet du message: Un réveil difficile Répondre en citant





Le temps ne s'était pas arrêté comme pouvait souvent le montrer les films ou le domaine cinématographique dans sa généralité. Non, il s'était accéléré. Cole était resté là, abasourdi, anéanti par la nouvelle qu'il venait d'apprendre. Le monde lui avait soudain donné l'impression d'être un gigantesque jeu, un rêve ou un cauchemar, quelque chose d'immatériel et d'inexistant. Pourquoi est-ce qu'on lui enlevait toujours ce qu'il aimait vraiment ? Le gérant tentait tout d'abord de prendre sur lui, de garder le minimum de dignité qu'il lui restait et de ne pas fondre en larmes. A peine avait-il pensé ça et entreprit de le réaliser que les larmes commençaient déjà à couler sur ses joues. L'eau salé lui brûlait la peau et lui chatouillait les lèvres. La seule douleur qu'il ressentait vraiment maintenant était intérieur, elle n'était pas physique et, en réalité, elle était encore plus insoutenable. Il avait une énorme boule au ventre, il avait l'impression d'être une bombe à retardement. Il était fébrile, paniqué. Il avait des nausées, des vertiges. C'était la goutte d'eau qui faisait débordé le vase.
D'un coup et de manière inattendue, puisant dans le peu de force qu'il lui restait, il se redressa et arracha volontairement le tuyau de morphine qui était relié à son bras. Il se leva tout aussi brusquement et s'approcha tant bien que mal de Shaélynn. Il la regardait dans les yeux un instant, ses yeux étaient sombres et ils en disaient long sur son état psychologique du moment.

- Non … Ce n'est … C'est pas possible … Il … Il avait disparu … Il … Il … Il n'était plus là …

Avant même qu'elle ne puisse répondre ou réagir, il tomba littéralement dans ses bras et posa sa tête sur son épaule droite. Les larmes coulaient à flot, il gémissait et pleurait comme un enfant l'aurait fait. Cela faisait des années qu'il n'avait pas pleuré et là plus rien ne pouvait retenir les vannes. On lui avait enlevé ses parents, son meilleur et seul véritable ami et par la même son bonheur. Il ne lui restait plus que son boulot et, bien entendu, Shaélynn. Cole recula sa tête et la regarda encore une fois pour à nouveau replonger sa tête tout en sanglotant. Ses yeux étaient rouges, son visage l'était aussi et un vrai ruisseau de larme coulait sur ses joues.

Bien qu'il ne croyait pas une seconde à ce concept, il avait vraiment l'impression que le destin s'acharnait sur lui. Sa seule crainte désormais était de la perdre elle. Il la serrait un peu plus fort dans ses bras. Elle avait été là pour lui à chaque fois et elle était encore une fois présente pour ces moments qu'il n'aurait peut être pas pu supporter seul. Il avait pris confiance dans ce qu'il entreprenait un instant, il avait baissé sa garde et il remontait la pente quand la nature dans son intégralité lui avait rappelé qui était la maître, qui menait la danse et qui il fallait respecter. Personne n'était à l'abri … Pas même lui … Cole prenait ça comme un rappel à l'ordre, une menace pesante, l'épée de Damoclès.
Pourquoi Josh avait-il fait quelque chose d'aussi stupide ? S'il portait une bombe afin de détruire ce bâtiment, pourquoi avait-il sauvé Cole ?
Tout cela paraissait incommensurable, invraisemblable, impensable, inimaginable, …

Cole avait l'impression que sa tête allait explosé, il avait envie de la frapper contre les murs. L'incompréhension le rongeait, l'anéantissait plus que la colère ou la tristesse à ce stade. Il ne comprendrait peut être jamais son geste, il ne saurait peut être jamais ce qu'il s'est réellement passé. Lui qui voulait toujours tout savoir, il n'allait peut être jamais savoir l'essentiel pour lui au jour d'aujourd'hui. Pourquoi est-ce que son meilleur ami avait mis fin à ses jours de cette manière si brutale ? Pourquoi avait-il disparu si longtemps et pourquoi avoir refait surface d'un coup ? Ce qui le rendait encore plus fou, c'était de savoir qu'au fond de lui, quelques parts dans son cerveau, la vérité était blotti et attendait simplement d'être découverte. Il avait volontairement effacé ou oublié des souvenirs douloureux, traumatisant. Il avait subi de multiples blessures, avait souffert comme un chien, les douleurs étaient bien présentes mais sa mémoire avait disparu, envolée. Il s'était simplement réveillé comme ça avec un mal de crâne, quelques douleurs, la nausée et une incapacité à se souvenir de quoi que ce soit … S'ils avaient été ensemble dans la même pièce alors forcément, malgré une possible tension, ils avaient discuté, ils avaient échangé des informations qui peut être étaient capitales. Et puis, c'était les dernières paroles de son meilleur ami et elles s'étaient peut être envolés à jamais. C'était comme s'il avait été seul pour la fin …

Nouveau sanglot. Cole craquait réellement, il était à bout. Peut être que Josh avait de la famille, il ne lui avait jamais demandé et cette conversation n'avait jamais eu lieu. Comme pour Shaélynn, par respect et par volonté, il n'avait pas consulté son dossier. Il avait tellement de regrets, tellement de choses qui n'avaient pas été dites et qui ne le seraient jamais. Cole lui avait sauvé la vie une fois et il n'avait pas su le faire une deuxième fois. En quelques sortes, Josh avait payé sa dette … Il n'en voulait pas, il n'avait pas le droit de faire ça … Le gérant s'en voulait de tout, un immense poids lui brisait les épaules. Avec les événements de l'époque, il ne s'était pas inquiété de la soudaine disparition de son ami. Des vacances, une démission, une trop grosse pression ou bien trop de travail. C'était ce qu'il s'était dit et puis il lui faisait confiance, il allait forcément reprendre contact à un moment donné. Il ne s'était pas imaginé qu'il puisse disparaître pour ce genre de raison … Il était bel et bien mort, mort de la manière la plus rapide et la plus violente qui soit. Il n'avait probablement pas souffert. Mort sur le coup. Il lui avait sauvé la vie, il l'avait poussé hors du bâtiment avant l'explosion d'après Shaélynn … Il s'était sacrifié d'une certaine manière pour lui. Il ne le reverrait plus jamais. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer dans cette salle ?

Cole, désemparé et toujours en larmes, se posait une quantité impressionnante de questions sans réponse.
Qu'allait-il se passé maintenant ? Qu'est-ce qu'il devait faire ?

- J'aimerai … J'aime... J'aimerai voir les vidéos des caméras de surveillance … Cela pourrait peut être me permettre de me souvenir de certaines choses …

En tant que gérant du parc, il ne savait pas quoi faire de plus que maintenant, qu'autres choses que tenter le tout pour le tout pour se souvenir de cette journée. Les employés devaient travailler activement, pour la plupart, à la reconstruction du parc en suivant les instructions du vieux Hammond. Lui était là à s’apitoyer sur son sort. Cela devait probablement pas être facile pour les autres non plus … Tout paraissait si irréel, si frustrant, si onirique.

Combien de temps s'était-il passé ? Sûrement pas longtemps puisque les infirmières débarquaient que maintenant. Le temps s'était finalement bien ralenti … Elles entrèrent à toute vitesse et l'agressèrent presque, lui vociférant quasiment des insultes. Il se faisait réprimander pour son comportement ce qui pouvait paraître normal dans un sens. Jalousie féminine, hardeur au travail ou instinct protecteur. C'était difficile de cerner leurs actes, leurs réactions. Après leur désagréable intervention, Cole était à nouveau dans son lit de chambre. Elles n'en avaient rien eu à faire qu'ils pleurent ou qu'ils soient vraiment mal. Le plus important était qu'il soit couché. Le protocole ou bien la peur que leur patient ou client selon comment on ressentait la chose soit blessé pendant leurs services. Elles avaient trop peur de perdre leur job pour se soucier de l'état, du moral de leurs patients et c'était tout à leurs honneurs, totalement compréhensible … Dès qu'elles étaient entrées, on avait pu sentir une tension. Elles avaient vraiment dévisagé, jugé et probablement que cela ferait de bon ragots, des rumeurs complètement rocambolesques et surtout stupides dans les couloirs qui les feraient fantasmer. Cole en avait strictement rien à foutre, clairement. C'était leur monde.
Dans le sien, le gérant faisait face à la terrible vérité qui venait littéralement de lui mettre un coup de pied retourné dans sa face. Cela faisait mal. Shaélynn semblait elle aussi à bout et c'est les yeux encore pleins de larmes que Cole lui demanda de s'approcher, de venir dans ses bras. C'était dit d'une manière discrète, maladroite et d'une voix faible. Il tremblait, il avait froid.
Comment pouvait-il encore supporter tout ça ? Comment pouvait-on supporter de telles choses ? Comment un humain était capable d'endurer tout ça ? Il se le demandait bien, il était bien là encore vivant pour prouver que c'était possible mais pour combien de temps encore ? Il se lâchait à nouveau, les larmes et les sanglots sortaient tout seul. Peut être avait-il l'air ridicule, cela n'avait aucune importance.

Les questions avaient tous ce même et inlassable but : comprendre, savoir et découvrir pourquoi. Pourquoi ? Pourquoi avait-il fallu que cela lui arrive à lui ? Pourquoi se trouvait-il là au moment des faits ? Pourquoi est-ce que Josh avait-il fait ça ? Comment seulement pouvait-il croire à tout ça ? Combien de temps est-ce que cette douleur intérieur allait encore persister et combien de temps allait-il la supporter ? Dans quel but K-C avait-elle fait cette attaque ? Où est-ce que K-C se cachait après un tel acte ? Qui était K-C ?
_________________
>>Cole Hudson<<



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:27 (2018)    Sujet du message: Un réveil difficile

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jurassic Park/World Universe RPG Index du Forum -> Costa Rica -> San Diego - Port - Costa Rica Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com